Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 octobre 2021 4 14 /10 /octobre /2021 18:35

Voici une partie de ma capture dans un tas de compost issu de la tonte de la pelouse.

Faut-il se passer de ce type de compost facile à obtenir, pour éviter la présence de ces dévastateurs qui aiment bien sectionner les salades fraîchement repiquées?

 

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2021 4 14 /10 /octobre /2021 18:08

L'automne nous offre ses plus belles couleurs, un vrai bonheur pour ceux qui ont la chance de parcourir les jardins publics ou la campagne.

Pour ceux qui n'ont pas cette chance, voici deux images lumineuses mais éphémères .

 

METAMORPHOSE de la NATURE
Partager cet article
Repost0
5 octobre 2021 2 05 /10 /octobre /2021 19:07

42

La beauté de leur plumage, leur chant mélodieux en sont la principale raison de mon attachement à ce petit monde. Certains sont capturés pour leur chant.

Quel critère permet de les désigner comme étant nuisibles  ou utiles ?

Le merle qui mange les cerises de nos vergers, a, au moins une bonne raison de le faire. Nos forêts ont perdu de nombreux hectares par l’exploitation abusive. Les merisiers qui leur donnaient la nourriture ont été abattus pour fabriquer nos meubles, d’autres pour devenir des porte-greffes afin de produire nos cerises consommables. L’être humain, n’est-il pas responsable du comportement de cet oiseau ?

Comment pourrait-il faire la différence entre un merisier et notre cerisier, alors que de nombreux humains sont incapables de le faire ?

Quand la logique n’est pas respectée, tout s’écroule autour de nous.

Tous les êtres qui vivent sur cette terre recherchent tous les moyens pour subsister. Ce monde rural est un véritable grenier dont on ne sait pas tirer raisonnablement profit.

Il m’arrive souvent de pester à l’encontre des insectes qui ont le savoir-faire pour gâcher notre quiétude. Pourtant, après une analyse de leurs méfaits, on trouve, au moins, un élément positif. Durant la période de la fenaison et de la moisson, j’appréhende la présence des guêpes, des frelons et des taons. Ce ne sont pas de bons infirmiers, leurs piqûres

43

sont douloureuses et provoquent des boursouflures disgracieuses. Je suis sensible aux premières, ensuite, mon corps s’habitue parce que je suis immunisé. Voilà, l’élément positif qu’il faut retenir.

Tous ces petits êtres ont des comportements similaires aux miens, ils n’aiment pas être dérangés, ils nous le font savoir brutalement. Quoi de plus logique.

Il m’arrive de rêver que je peux rester un enfant, mais un enfant libre respectueux de mes semblables et de tout ce qui m’entoure. Je n’en suis pas l’unique propriétaire et je me dois de le partager équitablement.

Cela ne dure qu’un court instant, car j’ai également hâte d’embrasser la vie à venir. Les rêves sont éphémères, perchés sur les nuages, la réalité nous ramène sur notre planète.

La saison estivale a son charme, mais également ses contraintes, les travaux sont pénibles, et mes petits membres énergiques, vont parfois jusqu’à l’épuisement.

J’apprécie ces poses relaxantes, ces quelques minutes de sommeil, allongé à l’ombre dans cette prairie qui sent bon la fenaison. Parfois, je plonge mes pieds dans la rivière qui murmure en se faufilant entre les pierres érodées.

Combien de kilomètres ont elles parcouru avant d’arriver là ?

Le prochain orage gonflera son cours, le courant déplacera ces repères.

 

44

Dans cette onde transparente, vit un autre monde aussi captivant que celui sur terre ferme.

Mon oncle, respectueux des lois et des règlements, ne pratique pas le braconnage. Pourtant, je sais comment, avec ses mains, on capture une truite cachée sous une pierre. Pour jauger mon savoir-faire, je m’exerce à cette pratique, sachant que si je capture une belle truite sauvage, je la remets à l’eau.

Dans les années 1950, on n’alimente pas les rivières avec des poissons d’élevage. Les truites capturées par les pêcheurs, ont des couleurs vives très prononcées. Les observations minutieuses, me permettent de connaître leur provenance. La couleur varie d’une rivière à l’autre, les sédiments qui composent les lits, déterminent la couleur de leur corps. Il est noir pour des sédiments d’ardoise et jaunâtre pour des roches plus tendres et calcaires.

Certains pêcheurs sont habiles, les prises fructueuses, la consommation est familiale, mais, certains fournissent la restauration.

En période de frai, en un lieu calme et sablonneux, je vois ces truites, moins farouches à cette époque, déposer leurs œufs. Un alevinage naturel est en cours.

Le monde rural vit au rythme des quatre saisons. Chacun d’entre nous a ses préférences.

Je viens d’évoquer l’été mais l’automne est particulièrement captivant. Les sens de l’enfant que je suis, sont en éveil

 

45

constant. Cette attitude me poursuit et me poursuivra ma vie durant. Cela, je le sais à présent au crépuscule de ma vie.

L’automne est certainement ma saison préférée. Elle inonde ma petite tête d’images colorées, de fruits mûrs gorgés de sucre et d’arômes, d’oiseaux migrateurs venus d’autres pays ou continents, de rencontres inattendues avec ces nouvelles générations nées au printemps. Cette nature, parfaitement imaginée puis créée me démontre qu’elle est mieux conçue que la mienne.

Cet arbre qui, les gelées terminées commence une nouvelle vie annuelle, tout comme les fleurs et les bourgeons préparent les étapes futures. De ma personne, il n’est rien de cela.

Je vois en eux cette petite cousine qui s’épanouit de jour en jour.

L’être humain naît avec ses cheveux qu’i gardera sa vie durant, la calvitie précoce le prive de ses cheveux.

C’est là que la nature nous surpasse, l’arbre retrouve ses feuilles, l’être humain reste chauve.

Une compensation cependant, l’être humain sans ses cheveux continue sa vie, l’arbre sans feuilles meurt. L’arbre paré de feuilles multicolores est admiré, l’être humain grisonnant est délaissé.

Du jaune d’or au rouge pourpre, nos forêts tissent la toile du peintre. Dans quelques temps, cette fresque tombera à terre. Avec un bruissement à peine perceptible, nos pieds fouleront ce tapis.

46

Les champignons font leur apparition, ils se mêlent comme les châtaignes à cette nouvelle vie de la nature.

Notre palais découvre la saveur des fruits parfumés d’automne, parés de couleurs qui attisent ce désir de consommation.

Dans ce domaine également, j’apprends à connaître, une bonne maturité  par un simple examen visuel. Mon oncle s’oppose à tester cette dernière par une pression du doigt, celle-ci entraine la perte du fruit, car cet hématome s’aggrave très rapidement.

Comment peut-on apprendre cela sur la place du marché ?

Quand j’ai  la chance et  le courage d’affronter les épines des ronces, j’ai le plaisir de déguster ces succulents fruits qui tâchent doigts, lèvres et vêtements.

Je sens déjà l’excitation de mes papilles dégustant la remarquable confiture qu’elles procurent.

Si les fraises des bois du mois de juin ont interpelé mes sens, les myrtilles qui tapissent les sous-bois font appel à ma patience. La taille de ces fruits ralentit la cueillette, mais son goût particulier me motive. Les châtaignes déjà évoquées précédemment marque la fin des vacances estivales, la rentrée scolaire est là, finie la liberté vagabonde.

Comment ne pas être imprégné par tous ces instants gratuits ?

Cette rentrée, je ne la redoute pas, retrouver mes camarades de classe et notre instituteur ma paraissent indispensables. Ma boulimie du savoir se réveille encore.

47

Je ne suis pas attiré spécialement par la lecture, peut-être parce que les livres n’encombrent pas les étagères à la maison, peut-être également, parce que je ne peux avoir mes yeux plongés dans un livre et admirer mon environnement. Je le regrette plus tard. Dans cette école, sensiblement, nous avons tous le même niveau social, rares sont les exceptions. Ces dernières s’estompent par le port obligatoire d’un tablier gris. Toute l’année, je porte des culottes courtes, mes pieds sont chaussés de sabots à semelles de bois. Des bas, presque inusables, en pure laine, tricotés par ma maman,  montent jusqu’aux genoux.

Retrouver tous ces camarades me replonge dans une vie de société élargie. Une solidarité certaine existe entre nous, l’entre aide, valeur essentielle de cette époque fait figure de proue. Certains n’ont pas le sourire aux lèvres et appréhendent les réprimandes mesurées de notre instituteur. Malgré la liberté réduite imposée, une semaine suffit pour nous remettre dans le bain. Nous avons tôt fait d’apprendre les dates des futures vacances, mais pour l’heure, augmenter nos connaissances de base est la raison principale. Le redoublement n’existe pas officiellement, le changement de classe se fait sommairement par un déplacement dans les rangées d'une unique pièce.

Notre instituteur toujours soucieux d’une réussite collective, attribue nos nouvelles places. C’est ainsi qu’un élève appliqué a pour voisin un élève en difficultés. Cette mixité est bénéfique à chacun.

48

Dans la cour de récréation, rien n’a changé, les mêmes groupes se reforment pour pratiquer les mêmes activités. Rares sont ceux qui ont passé leurs vacances dans une autre région, car nous sommes une main d’œuvre indispensable aux travaux de la ferme.

Les premiers jours de la reprise perturbent d’autres acteurs, notamment mon fidèle compagnon, ce chien qui partage avec moi la garde des animaux domestiques. Durant ces vacances, a-t-il appris à mieux travailler ? Trop modeste pour me le dire, mais une forte complicité nous rapproche à chaque retrouvaille.

Je vis mon enfance au rythme des saisons, « une année bonne et l’autre non » paroles de la belle chanson de Jean FERRAT.

Nous sommes au mois d’octobre, les fils des lignes électriques ressemblent à un chapelet, les hirondelles s’y rassemblent pour un long et terrible voyage. Elles virevoltent en gazouillant, s’expriment ainsi pour communiquer les directives de ce périple. Celles qui sont nées ce printemps dans ces nids magnifiquement maçonnés ne connaissent pas les dangers qui les guettent. Dans toute odyssée, des drames se produisent, certaines ne reviendront jamais sur leur terre d’enfance.

Je le sais à présent, l’homme en est le principal responsable. Le monde effréné s’accélère dangereusement, mes yeux d’enfants vont de surprise en surprise.

 

49

Ces migrations massives d’humains en vacances, fruit des congés payés, sont semblables à celles des oiseaux. Certains ne reviendront pas chez eux, décimés par les accidents en tout genre. Aujourd’hui, je me pose la question de savoir, si cela est une grande avancée sociale ?

Ces migrations de vacanciers ne portent elle pas préjudice à ces jours qui devraient donner un peu de repos corporel ?

Cette succession de phases répétitives de mon enfance me dirigent vers ma quatorzième année et mon adolescence.

D’autres aspirations nouvelles voient le jour. Tout en assumant mes activités de la ferme, j’aspire à un changement du périscolaire. Mon tempérament d’intrépide me dirige vers le sport collectif ou individuel.

Mes promenades cyclistes dominicales ne sont pas suffisantes, mon entrée au  collège me fait connaitre le foot, le rugby et l’athlétisme.

Les deux professeurs d’éducation physique m’encouragent à pratiquer l’une d’entre elles. L’un joue à l’équipe de rugby de la ville, l’autre au foot dans une commune voisine. Mon tempérament aurait dû me guider vers le plus viril, mais cela ne correspond pas aux relations que je veux entretenir avec mes semblables.

Le foot m’attire, d’autant plus qu’une équipe vient de naître dans mon village. Je vous parle d’une époque où le sport est une activité non lucrative dans nos communes.

Je deviens le benjamin de l’équipe, pourtant mes prestations sont bien modestes. Les dirigeants et mes camarades de

50

l’équipe font de leur mieux pour utiliser ma pugnacité de l’adolescent qui s’exprime. C’est un bonheur pour moi de savoir que la vie en société est indispensable et vitale. Mes erreurs ne freinent pas ma détermination, mais, au contraire fertilisent mon audace et le désir de réussir.

Vivre honnêtement sa vie est, me semble-t-il une caractéristique de tout être humain, sous réserve que cette attitude soit profitable à tous.

Plaisir des matches gagnés, déceptions des matchs perdus sont les sédiments de l’esprit d’équipe. Je pense que cette disposition est innée.

Ce sport m’ouvre la porte d’une liberté individuelle que mon oncle m’accorde. Je dois rester raisonnable pour ne pas le décevoir. J’assiste aux réunions préparatoires des matchs et, surtout aux conversations de mes aînés qui dévoilent d’autres sujets que je ne soupçonne pas encore.

Cette émulation  propre à chaque individu, est plus ou moins précoce en fonction de la fougue de notre tempérament.

En période hivernale, en raison de moins d’activités dans les fermes, nos retours de déplacements s’étirent dans la soirée. Il est fréquent, que nos adversaires sur le terrain se joignent à nous pour partager la convivialité.

Je découvre que dans une équipe, il y a des joueurs d’exception que j’admire pour leurs prouesses. Mes yeux de débutant en sont réjouis.

 

 

51

Ils sont venus là pour des raisons sociales. Ils ont joué au sein d’équipes de professionnels. Ce qui me paît en eux, c’est cette humilité à se mêler aux modestes licenciés que nous sommes. Ils reconnaissent nos handicaps, mais ils n’étalent  pas leur supériorité sur la voie publique.

C’est certainement cela qui me paît en eux, parce que ça correspond à l’éducation que j’ai reçue. Il y a toujours, quelque chose ou quelqu’un qui m’est supérieur, je ne veux pas l’oublier.

Je ne mesure pas encore le volume de l’apprentissage à venir, parce que mon corps et mon esprit n’ont pas la maturité  nécessaire. Il y a encore de bons et mauvais moments à appréhender, des pièges qui me blesseront ma vie durant.

Les circonstances font que chacun d’entre nous peut tomber par le désir du démon caché au fond de mon être.

Je ne sais, pour quelle vraie raison, notre planète est partagée par des êtres féminins et masculins. Je ne sais pas également, pourquoi une attraction physique nous rapproche en vue d’un accouplement, un arrimage en quelque sorte.

Je deviens donc une victime de ce piège sentimental…

Est-il vraiment sentimental ou induit par des forces obscures de la nature animale et humaine ?                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             

Les vacances estivales que des filles, sensiblement de mon âge, passent dans les familles de mon village, offrent la possibilité de rencontres.

 

 

52

Quel motif  j’ai pour un tel rapprochement ? Je suis bien incapable de le dire, peut-être encore une fois le désir d’entrer dans un monde inconnu.

La première année fut celle de la découverte de comportements urbains et surtout de conditions de vie. Difficile pour moi d’imaginer ces véhicules circulant en tous sens, des rues bordées de trottoir et de boutiques, sans un seul arbre. Pire encore, ces quartiers réservés aux « filles de petites vertus », avec pour gagne-pain, l’offre de leur corps. Ces vacancières, s’ennuient dans ce monde rural, considérant que notre comportement est celui d’une ère antérieure. Difficile d’admettre que dans de telles circonstances, je peux connaitre ce rapprochement fatal.

Nos retrouvailles sont systématiques, les vacances estivales. Cette longue année de silence, n’est même pas ponctuée par un échange de correspondance. Comment peut-il en être autrement quand notre idylle doit rester secrète. Nos relations deviennent plus concrètes jusqu’au jour où elles deviennent intimes. Encore l’esprit de découverte qui s’impose. L’ignorance totale sur le sujet nous conduit à l’erreur fatale.

L’absence de correspondance d’une part,  la culpabilité d’avoir franchi la ligne de démarcation d’autre part, retardent la date d’information et la manière dont elle est faite. Cet épisode a lourdement chargé mon esprit.

Je suis maintenant informé que, dans quelques mois, je passe du statut d’adolescent sans responsabilités à celui de parent responsable.

J’avais le choix, ne pas reconnaitre ma paternité, où accepter  honnêtement ma responsabilité.

Ce que j’ai vécu en tant qu’enfant remonte à la surface, l’hésitation n’effleure pas mon esprit.

Cet enfant à venir ne mérite pas ce que j’ai vécu. Je sais pourtant que cela va chambouler ma vie, qu’importe, mon éducation ne m’autorise pas le manquement à mes obligations. Je dois assurer la cohésion de ma petite famille, trouver un emploi, subvenir à toutes les obligations. 

53

Ces obligations m’obligent à accepter un emploi sans relations avec mon apprentissage. Toutefois, ma formation générale, complétée par des cours personnels, m’ouvre, par examens ou concours, les portes d’une importante société  où je fais carrière.

Je ressens fortement les bienfaits de l’éducation reçue, les premiers succès m’encouragent à poursuivre. Se mêle à cela l’apprentissage du parent et du mari.

J’appréhende déjà la séparation par obligation au service militaire. Nous sommes en période de maintien de l’ordre en ALGERIE. Je ne m’étends pas sur cette période, tant elle m’est difficile à supporter par ce que je ressens dans une telle situation. Je sais que mon absence est pesante pour tous, mais ce qui décuple cette lourdeur, c’est de savoir que j’en suis partiellement responsable. Mon devoir de citoyen est de travailler, et non d’interdire à une population d’accéder à l’autodétermination. 

Ainsi se termine mon bavardage. Le bonheur tient à peu de chose, il suffit de savoir se contenter de ce que nous avons.

Bayard.

http://33-laubesc.over-blog.com

 

 

 

 

                                                                                                         

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2021 2 05 /10 /octobre /2021 18:54

30

A compter de la rentrée d’octobre, nous serons redevables envers la société qui nous aide à construire notre avenir, mais également celui de notre patrie.

Cela, je le comprendrai plus tard quand je serai seul devant les problèmes. Mais déjà, je réalise que, replié sur soi-même, l’être humain ne peut assurer sa subsistance.

La quatorzième année est là, et, donc le premier examen sanctionnant les études primaires. Si aujourd’hui, trouvent le CEP anodin et ridicule, en 1954 il était important. A ce jour, malheureusement, nombreux sont ceux qui échoueraient.

Dans tout examen ou concours, nous avons une matière que nous redoutons.

Pour ma part, au CEP, c’est le chant. Je chante faux au point de provoquer la destruction des vitraux d’une église.

Mon oncle, avec son humour disait : il faut chanter faux pour « résonner » ou « raisonner » juste ; quelle orthographe choisir ?

Notre subtile langue nous tend bien des pièges.

Les fables de La FONTAINE nous donnent bien de leçons aux vertus profitables. Je pourrais être une mauvaise cigale, je ne chante pas, en conséquence, je ne peux pas danser. La démonstration est bien réelle, car la danse est pour moi est une exhibition que je ne pratique pas.

En cette année 1954, mon oncle m’offre un magnifique vélo. Cadeau somptueux auquel je ne m’attendais pas.

Je peux à présent me joindre à mes camarades du village pour ces promenades dominicales, c’est le côté ludique.

31

Mais pour moi, il y a mieux encore, c’est le moyen idéal pour me rendre en groupe au collège de BAGNERES de BIGORRE. Moyen pour économiser les frais de transport par le bus.

Economiser, est le mot qui revient en boucle dans l’esprit de ceux qui n’ont pas les moyens financiers. Sportif de nature, ce n’est pas une contrainte mais un plaisir. Je ne cherche pas à savoir si cela est fatigant, l’essentiel est de soulager un peu les finances de mon oncle. Rétribuer un peu sa générosité est très important.

Depuis trois ans déjà, je suis revenu vivre avec lui. Je reviendrai plus tard sur ces conditions.

Retrouver ma maison natale et son inconfort est pour moi une priorité, je n’arrive pas à basculer vers ce monde que l’on dit meilleur. J’ai besoin de cette présence masculine, de ces animaux que j’ai quittés, de cette nature généreuse qui me livre ses secrets. « Je dis, je sais ce que d’autres ne savent pas, j’ignore ce que d’autres savent ».

Cette humilité bienfaisante d’où me vient-elle ?

J’entre dans cette adolescence, période difficile, parce que je veux prendre des décisions d’adultes chevronnés.

Peut-on dire que nous décidons de ce que sera notre avenir ?

C’est avenir est déjà tracé par cette mission confiée lors de notre naissance ; les jours, les années futures sauront nous le rappeler.

Comment vont se dérouler ces nouvelles études techniques ?

 

32

Mes dispositions sont-elles compatibles avec mon choix ?

La première année nous permet de confirmer ou infirmer notre choix.

Successivement, nous abordons les préliminaires de certains métiers. Tous me passionnent, cependant, j’ai choisi la mécanique automobile, cette n’existe pas dans ce collège. Je suis donc orienté vers la mécanique générale. Ma déception repoussée, je m’applique à cette nouvelle formation.

Encore une fois, je rencontre des professeurs compétents qui m’intéressent à cette technique.

A tous, je peux maintenant leur adresser mes profonds et sincères remerciements.

Demi-pensionnaire, je partage mon repas avec les nombreux autres élèves.

La discipline est rigoureuse. Messieurs le Principal, le surveillant général et tous les mandatés à la surveillance font régner le calme et le savoir vivre en communauté. Au réfectoire on entend une mouche voler.

Cette vie scolaire se termine précipitamment en juin 1958, un évènement inattendu étranger à la scolarité, me pousse à assumer mes responsabilités ; une faute de jeunesse communément désignée.

Avant d’aborder en détail ce qui relève de l’adolescence, je reviens à une période de transition que je vis difficilement.

Le retour de mon oncle, le décès de ma grand-mère, le mariage de ma tante, la naissance de ma cousine  me laissent penser qu’une vraie vie en famille est possible. Bien au

33

contraire, les brimades persistent pour ma chère maman et la promiscuité décuple la tension. Maman décide à son tour de prendre seule sa vie en main.

Nous quittons donc ma chère maison familiale, celle où mes empreintes sont scellées.

Un emploi pour un salaire, un toit pour se loger, sont le strict minimum. Maman trouve cela dans ce nouvel hôtel récemment ouvert. Le salaire est une rétribution en nature, nourriture et logement sont garantis pour nous deux. Je pense que pour maman, c’est une juste récompense, une ouverture vers un meilleur avenir.

Cependant, pour maman, encore dans sa trentaine, un homme fait défaut.

Les propriétaires, dont le concubin est d’origine espagnole, reçoit en groupe de nombreux de ses concitoyens, exilés de l’Espagne du tyran FRANCO.

Maman fait le service lors de ces réunions. Elle fait la connaissance d’un disciple et partage avec lui des moments intimes. Cela ne pas longtemps un secret pour les membres de notre famille, et, déclenche un nouvel élan de représailles. Tout est mis en action me séparer de ma maman. Il n’en faut pas davantage pour laminer un cerveau d’enfant.

Au grand désespoir d’un des instigateurs, cela est sans effet sur mon cursus scolaire ou affectif. Pour taire ces allégations, maman et son compagnon décident de s’installer en couple avec toutes les conséquences matérielles que cela implique.

34

Je dis souvent que tout acte implique des conséquences. Dans le cas présent, c’est encore le cas, une énorme goutte d’eau qui fait déborder le vase des détracteurs.

Alors que j’ai neuf ans, mon demi-frère vient en ce monde inexplicable.

Prétextant que je vis dans un cadre inapproprié, je viens vivre avec ma tante, son mari et mon adorable petite cousine. Ma tante est épicière en plein cœur du village, face à l’école que je fréquente.

Suis-je du bois dont on fait des flûtes ? Je ne le crois pas. Cependant, cela est dans ma nature, je m’adapte instantanément à toute situation. C’est ainsi que je suis balloté d’un domicile à l’autre, comme une boule de billard. La présence de ma cousine est prépondérante, tout comme celle de son père, mon oncle par alliance. Comment ne pas perdre ses repères avec un tel remue-ménage ?

En mon ignorance, mon subconscient travaille, certains évènements mettent au grand jour des problèmes de logement. Chez ma cousine, un petit cousin vient parmi nous. Cela fait beaucoup de monde à loger.

Pour moi, c’est le retour à la case départ, la maison familiale, lieu de ma naissance. Je n’ai pas de problèmes de déménagement, mes seuls bagages sont les vêtements que je porte et mon cartable d’école.

Mais qui donc maintenant habite ce lieu ?

 

 

35

Mon cher oncle et tous les animaux de la ferme, le chien « Patou »fidèle compagnon, et tous les autres. Voilà mon nouvel univers.

Ravi de retrouver ces origines qui me collent à la peau.

Cette enfance agitée, est-elle prémonitoire de ce que seront les années à venir ?

Parallèlement à mon éducation générale, une autre tout aussi importante pour ne pas dire capitale, me captive intensément. Certes théorique, mais simultanément pratique.

Pour cette éducation, mon oncle me donne les bases théoriques, la nature pour ses multiples applications.

L’observation mobilise plusieurs de nos sens, la vue, l’ouïe, le goût et le toucher principalement. A chaque seconde, la nature nous offre une image, immédiatement enregistrée dans notre étonnante mémoire. Elle peut être simultanément sonore, odorante et sensible.

Chacun d’entre nous peut avoir accès à ces connaissances, il faut simplement avoir le désir de les interpréter. Comprendre, puis admettre sont deux étapes importantes de cette éducation.

En se levant, voir le spectacle des montagnes Pyrénéennes dont les dents aigues se dressent dans un ciel bleu immaculé, chatouillées par le soleil, barrière naturelle entre deux nations, voilà un merveilleux instant de contemplation.

Quelques instants plus tard, la scène du spectacle aura changé le décor.

 

36

Les nuages sautillent entre les sommets, ballet rythmé par les courants aériens.

Ce Pic du Midi de BIGORRE, majestueusement surmonté de sa coupole et de l’imposante antenne, doigt dirigé vers le firmament, indique la direction du palais des étoiles. Un monde que j’imagine de rêve, docile et avenant.

En ce lieu, des scientifiques mènent eux aussi une vie studieuse et passionnée.

Demain, un orage éclatera, ces masses énormes de rochers seront zébrées par des éclairs impressionnants de vitesse. Le tonnerre grondera, étourdissant. Je peux, maintenant savoir approximativement la position de l’orage et sa direction de déplacement.

En examinant ce lever du jour et l’image de la montagne, mon oncle est capable d’affirmer si un orage se produira. Certains pensent que cette observation n’est pas fiable. Il faut se reporter à ces années de mon enfance, se rappeler l’absence de radio, de télévision, donc d’informations météo. Quant aux téléphones fixes, ils sont réservés aux médecins et services d’urgences.

Dans les poches des ruraux, il y a principalement, un mouchoir pour un éventuel garrot, un couteau pour se libérer d’une entrave, d’un bout de corde pour un premier soin de blessure. Mais aussi, un paquet cubique de tabac et son carnet « JOB ».

 

 

37

Tous ces accessoires impliquent des comportements in dispensables, notamment, celui de ne jamais poser à terre un vêtement qui les renferme. Un arbre ou un outil piqué dans le sol manche orienté vers le ciel sert de porte manteau.

Certaines anecdotes, que je vis, attestent de l’importance de ces précautions.

Un jour, alors que la fenaison battait son plein régime, mon landau placé à un endroit ombragé, un peu à l’écart dans la prairie, une vipère fut attirée par l’odeur du lait de mon biberon est montée dans ma couchette. Ma maman et mon oncle, ont la désagréable surprise de rencontrer l’intruse. Stupéfaction sans conséquence car je dors profondément et ne bouge pas. Le serpent n’a donc aucune raison de s’en prendre à moi. Mon oncle frappa dans ses mains ce qui provoqua le départ de l’intruse. Son escapade ne dura pas longtemps, mon oncle la neutralise à l’aide de la fourche et la fait passer de vie à trépas. Une piqûre, est mortelle pour un enfant, et, peut laisser des séquelles sur un adulte.

A cet âge, la cause mon décès aurait-elle  pu  être identifiée ?

Je ne connais pas la raison exacte, mais je crois que ma vie forcée a des retombées positives. Les enfants, et également les adultes contractent le « rhume des foins », je n’ai pas et je n’ai jamais eu cette affection. Suis-je immunisé pour être en contact permanent avec ce milieu porteur de germes ?

Autre travaux, évènement « cocasse » et inattendu. Je suis avec mon oncle, nous collectons de la litière pour le confort

38

de nos animaux. Nous sommes accompagnés par notre mascotte, une adorable brebis, gagnée lors d’une tombola au village. Elle est notre fidèle accompagnatrice, parfois un peu collante mais qu’importe. Ce jour-là, mon oncle décide de faire une pause, se dévêtit de sa veste  et la dépose à même le sol, prend son paquet de gris et roule

20]

sa cigarette. Soigneusement il range son paquet dans la poche de son vêtement qu’il repose un peu derrière son dos. Son regard ne peut surveiller les agissements de notre compagne, ce qui donne à la brebis, l’occasion de fouiller dans les poches et de grignoter un peu de tabac une bonne quantité du contenu.

Qui aurait pu imaginer qu’un tel animal peut-être attiré par ce poison ?

Mon oncle, malgré son grand savoir, vient encore d’apprendre.

La réalité est bien là, jusqu’à notre dernier jour, nous apprenons.

Cet animal n’en reste pas là avec le tabac, le vice est enregistré dans sa tête.

Mon oncle fait alors une expérience, il laisse le tabac dans la même poche et accroche sa veste à une branche près du tronc de l’arbre. Nous observons la brebis ; dans un premier temps, elle tourne autour du tronc, attirée soit par l’odeur du tabac, soit par reconnaissance de la veste. Elle décide alors de se dresser sur les pattes arrières tout en appuyant sur le

39

tronc celles de devant. Son museau arrive difficilement au niveau de la veste. Elle insiste et finit par tirer la veste et la tomber à terre. Si nous ne sommes pas témoins de ce méfait, mon oncle peut croire que je suis l’auteur de ce vol.

Ce comportement démontre bien que ce semblable possède une intelligence identique à la nôtre et qu’il peut rivaliser avec notre savoir-faire.

Il est de bon sens de garder en nous une bonne part d’humilité.

Chaque instant partagé avec ce monde animal m’impressionne. Un ami me dit que le comportement d’un chien est identique à celui de son maître. Avec une minutieuse attention, je découvre que cette affirmation est bien réelle. Si je suis pensif ou triste, mon chien l’est également. Je suis le gardien du troupeau, il est mon associé. Cette association est indispensable pour obtenir un bon résultat. Cet auxiliaire réalise des actions que je ne peux faire, notamment me protéger d’un comportement dangereux des animaux que nous surveillons.

La cour d’une ferme est un immense zoo, chacun des éléments respecte les autres, toute défaillance est violemment réprimée.

Le vol de pitance ou l’occupation illégale du territoire sont les principales raisons de querelles. N’est-ce point pour cela que l’être humain en vient aux mains ?

La vie des oiseaux est mon principal intérêt.

 

40

Ces petits volatiles de quelques grammes, rivalisent d’ingéniosité, arborent des plumages du plus banal au plus coloré ou original, d’un chant mélodieux ou agaçant, de comportements dont nous devrions nous inspirer. Du minuscule troglodyte jusqu’à l’imposante buse, les plus courants dans nos campagnes, le rouge gorge, le rouge queue, le pinson, le chardonneret, les mésanges, les bergeronnettes, les bouvreuils et bien d’autres encore, ont un rôle important dans notre écosystème. Pour tenter de maintenir ce fragile équilibre, je leur doit assistance. Tous les enfants de mon âge souhaitent débusquer le lieu de nidification et capturer les oisillons prêts à prendre l’envol. Cette recherche ne peut se faire sans une parfaite  connaissance de leur comportement. Pour moi, ce n’est pas leur capture qui m’importe, mais ma capacité à découvrir leur cachette.

Pour ce faire, il me faut  repérer leurs déplacements. Certains, comme les merles, m’alertent par le sifflement mélodieux du mâle, alors que la femelle couve ses beaux œufs bleus. A l’éclosion des œufs, son chant change pour fêter cet évènement.

Vous comprenez à présent, pourquoi notre petite tête de rural s’évade dans les méandres de ces multiples sujets. Ce privilège, je regrette de ne pouvoir y associer ces urbains qui

 

 

 

41

côtoient les moineaux et pigeons dévastateurs de nos édifices publics.

Nuisibles, chacune des espèces l’est plus ou moins, tout comme les individus humains.

Avons-nous un seul jour, porté intérêt à leur existence ?

La découverte d’un nid m’extasie. J’attends avec impatience l’éclosion des œufs et le gazouillis de cette progéniture. Ces corps déplumés, cette tête avec un bec bordé de jaune, attendent sagement dans ce douillet berceau de duvet.

Je constate qu’ils ont un bien meilleurs confort que moi à ma naissance. C’est un bienfait pour eux que je ne peux jalouser. Ainsi sont nos différents héritages.

Il est, parmi eux, un migrateur qui fête l’arrivée du printemps, son chant interpelle nos oreilles, tant il ressemble à une voix humaine. L’imiter est un véritable jeu d’enfant. COUCOU me voilà. C’est un véritable profiteur, paresseux de surcroît. Alors que la plupart des oiseaux construisent leur nid, lui part à la recherche d’un nid déjà bâti. Il s’installe et squatte pendant le temps nécessaire à l’éclosion de sa couvée. Ceci m’est rapporté, mais je n’ai jamais pu le vérifier. On dit également qu’à la Saint BARNABE le   coucou devient épervier.

Ce petit monde qui peuple nos campagnes paye un lourd tribut. Malgré son ingéniosité et son savoir-faire, ce petit monde est la proie de dangereux prédateurs. Il y a aussi, malheureusement, l’humain qui capture illégalement certains de nos    petits amis.

Bayard.

http://33-laubesc.over-blog.com

 

 

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2021 2 05 /10 /octobre /2021 18:42

30

A compter de la rentrée d’octobre, nous serons redevables envers la société qui nous aide à construire notre avenir, mais également celui de notre patrie.

Cela, je le comprendrai plus tard quand je serai seul devant les problèmes. Mais déjà, je réalise que, replié sur soi-même, l’être humain ne peut assurer sa subsistance.

La quatorzième année est là, et, donc le premier examen sanctionnant les études primaires. Si aujourd’hui, trouvent le CEP anodin et ridicule, en 1954 il était important. A ce jour, malheureusement, nombreux sont ceux qui échoueraient.

Dans tout examen ou concours, nous avons une matière que nous redoutons.

Pour ma part, au CEP, c’est le chant. Je chante faux au point de provoquer la destruction des vitraux d’une église.

Mon oncle, avec son humour disait : il faut chanter faux pour « résonner » ou « raisonner » juste ; quelle orthographe choisir ?

Notre subtile langue nous tend bien des pièges.

Les fables de La FONTAINE nous donnent bien de leçons aux vertus profitables. Je pourrais être une mauvaise cigale, je ne chante pas, en conséquence, je ne peux pas danser. La démonstration est bien réelle, car la danse est pour moi est une exhibition que je ne pratique pas.

En cette année 1954, mon oncle m’offre un magnifique vélo. Cadeau somptueux auquel je ne m’attendais pas.

Je peux à présent me joindre à mes camarades du village pour ces promenades dominicales, c’est le côté ludique.

31

Mais pour moi, il y a mieux encore, c’est le moyen idéal pour me rendre en groupe au collège de BAGNERES de BIGORRE. Moyen pour économiser les frais de transport par le bus.

Economiser, est le mot qui revient en boucle dans l’esprit de ceux qui n’ont pas les moyens financiers. Sportif de nature, ce n’est pas une contrainte mais un plaisir. Je ne cherche pas à savoir si cela est fatigant, l’essentiel est de soulager un peu les finances de mon oncle. Rétribuer un peu sa générosité est très important.

Depuis trois ans déjà, je suis revenu vivre avec lui. Je reviendrai plus tard sur ces conditions.

Retrouver ma maison natale et son inconfort est pour moi une priorité, je n’arrive pas à basculer vers ce monde que l’on dit meilleur. J’ai besoin de cette présence masculine, de ces animaux que j’ai quittés, de cette nature généreuse qui me livre ses secrets. « Je dis, je sais ce que d’autres ne savent pas, j’ignore ce que d’autres savent ».

Cette humilité bienfaisante d’où me vient-elle ?

J’entre dans cette adolescence, période difficile, parce que je veux prendre des décisions d’adultes chevronnés.

Peut-on dire que nous décidons de ce que sera notre avenir ?

C’est avenir est déjà tracé par cette mission confiée lors de notre naissance ; les jours, les années futures sauront nous le rappeler.

Comment vont se dérouler ces nouvelles études techniques ?

 

32

Mes dispositions sont-elles compatibles avec mon choix ?

La première année nous permet de confirmer ou infirmer notre choix.

Successivement, nous abordons les préliminaires de certains métiers. Tous me passionnent, cependant, j’ai choisi la mécanique automobile, cette n’existe pas dans ce collège. Je suis donc orienté vers la mécanique générale. Ma déception repoussée, je m’applique à cette nouvelle formation.

Encore une fois, je rencontre des professeurs compétents qui m’intéressent à cette technique.

A tous, je peux maintenant leur adresser mes profonds et sincères remerciements.

Demi-pensionnaire, je partage mon repas avec les nombreux autres élèves.

La discipline est rigoureuse. Messieurs le Principal, le surveillant général et tous les mandatés à la surveillance font régner le calme et le savoir vivre en communauté. Au réfectoire on entend une mouche voler.

Cette vie scolaire se termine précipitamment en juin 1958, un évènement inattendu étranger à la scolarité, me pousse à assumer mes responsabilités ; une faute de jeunesse communément désignée.

Avant d’aborder en détail ce qui relève de l’adolescence, je reviens à une période de transition que je vis difficilement.

Le retour de mon oncle, le décès de ma grand-mère, le mariage de ma tante, la naissance de ma cousine  me laissent penser qu’une vraie vie en famille est possible. Bien au

33

contraire, les brimades persistent pour ma chère maman et la promiscuité décuple la tension. Maman décide à son tour de prendre seule sa vie en main.

Nous quittons donc ma chère maison familiale, celle où mes empreintes sont scellées.

Un emploi pour un salaire, un toit pour se loger, sont le strict minimum. Maman trouve cela dans ce nouvel hôtel récemment ouvert. Le salaire est une rétribution en nature, nourriture et logement sont garantis pour nous deux. Je pense que pour maman, c’est une juste récompense, une ouverture vers un meilleur avenir.

Cependant, pour maman, encore dans sa trentaine, un homme fait défaut.

Les propriétaires, dont le concubin est d’origine espagnole, reçoit en groupe de nombreux de ses concitoyens, exilés de l’Espagne du tyran FRANCO.

Maman fait le service lors de ces réunions. Elle fait la connaissance d’un disciple et partage avec lui des moments intimes. Cela ne pas longtemps un secret pour les membres de notre famille, et, déclenche un nouvel élan de représailles. Tout est mis en action me séparer de ma maman. Il n’en faut pas davantage pour laminer un cerveau d’enfant.

Au grand désespoir d’un des instigateurs, cela est sans effet sur mon cursus scolaire ou affectif. Pour taire ces allégations, maman et son compagnon décident de s’installer en couple avec toutes les conséquences matérielles que cela implique.

34

Je dis souvent que tout acte implique des conséquences. Dans le cas présent, c’est encore le cas, une énorme goutte d’eau qui fait déborder le vase des détracteurs.

Alors que j’ai neuf ans, mon demi-frère vient en ce monde inexplicable.

Prétextant que je vis dans un cadre inapproprié, je viens vivre avec ma tante, son mari et mon adorable petite cousine. Ma tante est épicière en plein cœur du village, face à l’école que je fréquente.

Suis-je du bois dont on fait des flûtes ? Je ne le crois pas. Cependant, cela est dans ma nature, je m’adapte instantanément à toute situation. C’est ainsi que je suis balloté d’un domicile à l’autre, comme une boule de billard. La présence de ma cousine est prépondérante, tout comme celle de son père, mon oncle par alliance. Comment ne pas perdre ses repères avec un tel remue-ménage ?

En mon ignorance, mon subconscient travaille, certains évènements mettent au grand jour des problèmes de logement. Chez ma cousine, un petit cousin vient parmi nous. Cela fait beaucoup de monde à loger.

Pour moi, c’est le retour à la case départ, la maison familiale, lieu de ma naissance. Je n’ai pas de problèmes de déménagement, mes seuls bagages sont les vêtements que je porte et mon cartable d’école.

Mais qui donc maintenant habite ce lieu ?

 

 

35

Mon cher oncle et tous les animaux de la ferme, le chien « Patou »fidèle compagnon, et tous les autres. Voilà mon nouvel univers.

Ravi de retrouver ces origines qui me collent à la peau.

Cette enfance agitée, est-elle prémonitoire de ce que seront les années à venir ?

Parallèlement à mon éducation générale, une autre tout aussi importante pour ne pas dire capitale, me captive intensément. Certes théorique, mais simultanément pratique.

Pour cette éducation, mon oncle me donne les bases théoriques, la nature pour ses multiples applications.

L’observation mobilise plusieurs de nos sens, la vue, l’ouïe, le goût et le toucher principalement. A chaque seconde, la nature nous offre une image, immédiatement enregistrée dans notre étonnante mémoire. Elle peut être simultanément sonore, odorante et sensible.

Chacun d’entre nous peut avoir accès à ces connaissances, il faut simplement avoir le désir de les interpréter. Comprendre, puis admettre sont deux étapes importantes de cette éducation.

En se levant, voir le spectacle des montagnes Pyrénéennes dont les dents aigues se dressent dans un ciel bleu immaculé, chatouillées par le soleil, barrière naturelle entre deux nations, voilà un merveilleux instant de contemplation.

Quelques instants plus tard, la scène du spectacle aura changé le décor.

 

36

Les nuages sautillent entre les sommets, ballet rythmé par les courants aériens.

Ce Pic du Midi de BIGORRE, majestueusement surmonté de sa coupole et de l’imposante antenne, doigt dirigé vers le firmament, indique la direction du palais des étoiles. Un monde que j’imagine de rêve, docile et avenant.

En ce lieu, des scientifiques mènent eux aussi une vie studieuse et passionnée.

Demain, un orage éclatera, ces masses énormes de rochers seront zébrées par des éclairs impressionnants de vitesse. Le tonnerre grondera, étourdissant. Je peux, maintenant savoir approximativement la position de l’orage et sa direction de déplacement.

En examinant ce lever du jour et l’image de la montagne, mon oncle est capable d’affirmer si un orage se produira. Certains pensent que cette observation n’est pas fiable. Il faut se reporter à ces années de mon enfance, se rappeler l’absence de radio, de télévision, donc d’informations météo. Quant aux téléphones fixes, ils sont réservés aux médecins et services d’urgences.

Dans les poches des ruraux, il y a principalement, un mouchoir pour un éventuel garrot, un couteau pour se libérer d’une entrave, d’un bout de corde pour un premier soin de blessure. Mais aussi, un paquet cubique de tabac et son carnet « JOB ».

 

 

37

Tous ces accessoires impliquent des comportements in dispensables, notamment, celui de ne jamais poser à terre un vêtement qui les renferme. Un arbre ou un outil piqué dans le sol manche orienté vers le ciel sert de porte manteau.

Certaines anecdotes, que je vis, attestent de l’importance de ces précautions.

Un jour, alors que la fenaison battait son plein régime, mon landau placé à un endroit ombragé, un peu à l’écart dans la prairie, une vipère fut attirée par l’odeur du lait de mon biberon est montée dans ma couchette. Ma maman et mon oncle, ont la désagréable surprise de rencontrer l’intruse. Stupéfaction sans conséquence car je dors profondément et ne bouge pas. Le serpent n’a donc aucune raison de s’en prendre à moi. Mon oncle frappa dans ses mains ce qui provoqua le départ de l’intruse. Son escapade ne dura pas longtemps, mon oncle la neutralise à l’aide de la fourche et la fait passer de vie à trépas. Une piqûre, est mortelle pour un enfant, et, peut laisser des séquelles sur un adulte.

A cet âge, la cause mon décès aurait-elle  pu  être identifiée ?

Je ne connais pas la raison exacte, mais je crois que ma vie forcée a des retombées positives. Les enfants, et également les adultes contractent le « rhume des foins », je n’ai pas et je n’ai jamais eu cette affection. Suis-je immunisé pour être en contact permanent avec ce milieu porteur de germes ?

Autre travaux, évènement « cocasse » et inattendu. Je suis avec mon oncle, nous collectons de la litière pour le confort

38

de nos animaux. Nous sommes accompagnés par notre mascotte, une adorable brebis, gagnée lors d’une tombola au village. Elle est notre fidèle accompagnatrice, parfois un peu collante mais qu’importe. Ce jour-là, mon oncle décide de faire une pause, se dévêtit de sa veste  et la dépose à même le sol, prend son paquet de gris et roule

20]

sa cigarette. Soigneusement il range son paquet dans la poche de son vêtement qu’il repose un peu derrière son dos. Son regard ne peut surveiller les agissements de notre compagne, ce qui donne à la brebis, l’occasion de fouiller dans les poches et de grignoter un peu de tabac une bonne quantité du contenu.

Qui aurait pu imaginer qu’un tel animal peut-être attiré par ce poison ?

Mon oncle, malgré son grand savoir, vient encore d’apprendre.

La réalité est bien là, jusqu’à notre dernier jour, nous apprenons.

Cet animal n’en reste pas là avec le tabac, le vice est enregistré dans sa tête.

Mon oncle fait alors une expérience, il laisse le tabac dans la même poche et accroche sa veste à une branche près du tronc de l’arbre. Nous observons la brebis ; dans un premier temps, elle tourne autour du tronc, attirée soit par l’odeur du tabac, soit par reconnaissance de la veste. Elle décide alors de se dresser sur les pattes arrières tout en appuyant sur le

39

tronc celles de devant. Son museau arrive difficilement au niveau de la veste. Elle insiste et finit par tirer la veste et la tomber à terre. Si nous ne sommes pas témoins de ce méfait, mon oncle peut croire que je suis l’auteur de ce vol.

Ce comportement démontre bien que ce semblable possède une intelligence identique à la nôtre et qu’il peut rivaliser avec notre savoir-faire.

Il est de bon sens de garder en nous une bonne part d’humilité.

Chaque instant partagé avec ce monde animal m’impressionne. Un ami me dit que le comportement d’un chien est identique à celui de son maître. Avec une minutieuse attention, je découvre que cette affirmation est bien réelle. Si je suis pensif ou triste, mon chien l’est également. Je suis le gardien du troupeau, il est mon associé. Cette association est indispensable pour obtenir un bon résultat. Cet auxiliaire réalise des actions que je ne peux faire, notamment me protéger d’un comportement dangereux des animaux que nous surveillons.

La cour d’une ferme est un immense zoo, chacun des éléments respecte les autres, toute défaillance est violemment réprimée.

Le vol de pitance ou l’occupation illégale du territoire sont les principales raisons de querelles. N’est-ce point pour cela que l’être humain en vient aux mains ?

La vie des oiseaux est mon principal intérêt.

 

40

Ces petits volatiles de quelques grammes, rivalisent d’ingéniosité, arborent des plumages du plus banal au plus coloré ou original, d’un chant mélodieux ou agaçant, de comportements dont nous devrions nous inspirer. Du minuscule troglodyte jusqu’à l’imposante buse, les plus courants dans nos campagnes, le rouge gorge, le rouge queue, le pinson, le chardonneret, les mésanges, les bergeronnettes, les bouvreuils et bien d’autres encore, ont un rôle important dans notre écosystème. Pour tenter de maintenir ce fragile équilibre, je leur doit assistance. Tous les enfants de mon âge souhaitent débusquer le lieu de nidification et capturer les oisillons prêts à prendre l’envol. Cette recherche ne peut se faire sans une parfaite  connaissance de leur comportement. Pour moi, ce n’est pas leur capture qui m’importe, mais ma capacité à découvrir leur cachette.

Pour ce faire, il me faut  repérer leurs déplacements. Certains, comme les merles, m’alertent par le sifflement mélodieux du mâle, alors que la femelle couve ses beaux œufs bleus. A l’éclosion des œufs, son chant change pour fêter cet évènement.

Vous comprenez à présent, pourquoi notre petite tête de rural s’évade dans les méandres de ces multiples sujets. Ce privilège, je regrette de ne pouvoir y associer ces urbains qui

 

 

 

41

côtoient les moineaux et pigeons dévastateurs de nos édifices publics.

Nuisibles, chacune des espèces l’est plus ou moins, tout comme les individus humains.

Avons-nous un seul jour, porté intérêt à leur existence ?

La découverte d’un nid m’extasie. J’attends avec impatience l’éclosion des œufs et le gazouillis de cette progéniture. Ces corps déplumés, cette tête avec un bec bordé de jaune, attendent sagement dans ce douillet berceau de duvet.

Je constate qu’ils ont un bien meilleurs confort que moi à ma naissance. C’est un bienfait pour eux que je ne peux jalouser. Ainsi sont nos différents héritages.

Il est, parmi eux, un migrateur qui fête l’arrivée du printemps, son chant interpelle nos oreilles, tant il ressemble à une voix humaine. L’imiter est un véritable jeu d’enfant. COUCOU me voilà. C’est un véritable profiteur, paresseux de surcroît. Alors que la plupart des oiseaux construisent leur nid, lui part à la recherche d’un nid déjà bâti. Il s’installe et squatte pendant le temps nécessaire à l’éclosion de sa couvée. Ceci m’est rapporté, mais je n’ai jamais pu le vérifier. On dit également qu’à la Saint BARNABE le   coucou devient épervier.

Ce petit monde qui peuple nos campagnes paye un lourd tribut. Malgré son ingéniosité et son savoir-faire, ce petit monde est la proie de dangereux prédateurs. Il y a aussi, malheureusement, l’humain qui capture illégalement certains de nos petits amis.

Bayard.

http:33-laubesc.over-blog.com

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2021 2 05 /10 /octobre /2021 18:37

20

Le monde rural est celui de tous les dangers, ma noyade avortée en est un exemple. Ma cousine n’échappe pas à ces pièges.

Alors que j’avais cinq ans, elle deux, je réalise inconsciemment un « sauvetage ».

La grande cheminée est allumée, posé sur les braises ardentes, le grill attend les « capouts »*

Ma cousine court en tous sens dans cette grande pièce. Quand on n’a que deux ans, notre démarche est incertaine, elle s’entrave et tombe le visage en avant  sur le grill brûlant.

La rapidité de mon intervention pour la relever l’épargne du pire, la défiguration par douloureuses brûlures et stigmates qu’elles peuvent laisser. 

Comme propulsé par un ressort, je la relève, la prend dans mes bras, son beau visage inondé de larmes.

Sa mère et ma maman accourent du fond de la pièce.

Cette adorable enfant, tend ses petits bras vers ma maman, ignore la sienne.

A cet instant, personne n’attache d’importance à ce comportement, des soins rapides allègent sa souffrance.

La brûlure sous son menton, laissera cependant une cicatrice. Les moyens du bord viennent à calmer la douleur et cesser les larmes.

Un corps gras naturel, la crème de lait de vache, délicatement appliquée  donne l’effet escompté.

 

 

21

Mon émotion s’évanouit et mon petit cœur reprend son rythme normal. 

Toujours blottie dans les bras de ma maman, ce petit ange dort paisiblement.

A cet instant, nous ignorons que sa mission programmée serait de courte durée, comme celle de son père et de son amie d’enfance, emportée dans sa trentaine par cette maladie du siècle.

Faut-il que cet accident arrive pour démontrer qu’une filiation se reporte au deuxième degré ?

Un jour, la justice éclate dit-on.

Cette maudite guerre n’en finit pas, le monde évolue, perturbation dans nos traditions, l’esprit du chacun pour soi s’installe. L’être humain a soif d’indépendance, les familles éclatent, ne supportent plus la domination.

Ainsi, ma tante et son époux veulent une vie de couple hors de la maison parentale. Se faisant, je perds subitement la présence de ma petite protégée, c’est le déchirement. Compensation m’est partiellement donnée par ma scolarisation qui m’offre des camarades de classe.

Je suis surpris de constater que mon aptitude au protectionnisme ne se limite pas à ma famille. En classe préparatoire ainsi définie ; les filles et les garçons cohabitent. Parfois, dans la cour de récréation, des humiliations sont portées vers les filles. Quand une fille est importunée, ma réaction est immédiate. Cela m’irrite, mes petits poings le garçon qui manque de respect.

22

Rien n’échappe à la surveillance de mon institutrice, les punitions pleuvent.

12]

Qu’importe, l’injustice m’est insupportable.                                                                                                              

Cela me vaut parfois des représailles hors de l’enceinte de l’école, qu’importe ma réputation de justicier prévaut. Le nombre de mes assaillants ne m’impressionne pas, mes petits poings laissent des traces difficiles à justifier.

Les moqueries qui me sont adressées en cour de récréation me laissent indifférent.

En tout acte de la vie, la persévérance  apporte généralement de bons résultats.

Cette situation s’estompe rapidement et, nombreux sont ceux qui approuvent mon comportement.

Vous savez tous, combien cette scolarité est importante, mais souvent insupportable. Quelques anecdotes vont le confirmer.

Je suis avide du développement des connaissances, l’école est l’endroit idéal.

Mais, dans cette scolarisation, je perds un bien précieux, la liberté d’agir.

Ceci, personne ne me contredira : liberté chérie entendons-nous dire.

Dans le monde urbain, la journée scolaire terminée, l’enfant rentre à son domicile, aucune contrainte domestique n’existe. Dans le milieu rural, notre programme est bien chargé.

23

La surveillance des animaux en pâture  est une obligation courante. Un échelon supplémentaire gravi dans notre formation.

La surveillance des animaux n’est pas une mince affaire. Malgré l’assistance de notre chien de berger, fidèle compagnon d’infortune, ce « patou »ramène les éléments intrépides dans les limites autorisées. Ces éléments indisciplinés s’aventurent facilement sur des parcelles cultivées qu’il faut protéger de la dévastation.

Durant nos deux années de cours préparatoires, les devoirs du soir ne sont pas nombreux, mais les leçons sont à apprendre. Plus tard, il faudra également s’acquitter des devoirs.

Malgré l’inconfort matériel, nos genoux en guise de table, un porte- plume et un encrier à ne pas renverser, nous rédigeons nos devoirs. Pas question de remettre une feuille tâchée ou une mauvaise écriture, l’intransigeance de notre institutrice nous oriente vers la perfection. C’est peut-être cette exigence qui fait de nous une génération appliquée.

A la maison, il ne faut pas compter sur nos parents pour infléchir ces règles.

Intellectuellement, mon oncle était le seul capable de me conseiller.

Je sens en lui la nostalgie renaître.

Durant ces deux années préparatoires, mon enseignante et son époux habitent sur mon trajet maison école. Des enseignants dont la renommée n’est plus à faire.

24

Mon institutrice a un petit défaut, curieuse comme un pot de chambre.

La coutume veut que chaque famille d’enfant scolarisé, apporte un présent « avantage en nature ».

Quand on tue un cochon « pèle porc »* pour notre consommation personnelle, un des meilleurs morceaux leur est réservé. Comme de coutume, je m’acquitte de cette tradition.

Un jour, à mon retour en classe après le repas de midi, elle nous demande de quoi est composé ce repas. Je rappelle, que jusqu’à la scolarisation, je ne parlais que le patois. Il est donc normal que dans mes conversations, des termes patois se mêlent au français.

J’énonce donc mon  menu. J’ai mangé des « monjettes et ques de porc »*.

Sans attendre, pensant que nous avions tué plusieurs cochons et offert un seul présent, elle me pose la question : combien de cochons avez-vous tués cette année ?

Il est vrai, qu’à ce jour, je n’ai jamais vu un cochon avec plusieurs queues.

Toujours, par esprit d’économie, pour donner un peu de goût à nos plats, la couenne qui entoure une tranche de jambon est minutieusement  récupérée pour être ajoutée à la cuisson de certains plats. Ce qui est le cas pour celui consommé ce midi. Ces couennes sont désignées comme queues de cochon.

Comment expliquer cela à mon institutrice ?

25

Sa curiosité est tenace, ce qui la conduit à poser la question à ma tante qui fréquentait ses filles.

Encore une phase de mon apprentissage qui met en évidence l’importance des mots.

Cette scolarité que j’apprécie et regrette à la fois me passionne. Le savoir de mon oncle et son aptitude à présenter simplement les sujets, mobilise mon attention. Il a de l’humour, contraste important avec son sérieux. Très bon pédagogue, il trouve les mots justes qui résonnent au creux de mes oreilles et s’incrustent dans ma mémoire. Il a surtout voyagé par les livres de géographie et d’histoire.

Je veux comme lui, apprendre les contours de notre chère patrie et les périodes de son histoire.

Mais comment emmagasiner dans ma petite tête le nom des villes préfectures, sous-préfectures et chefs-lieux de cantons ?

Il excelle dans les autres matières, notamment en calcul mental.

Combien de valeurs intellectuelles comme la sienne sont sacrifiées au profit des exigences matérielles de survie ?

Pour lui, la meilleure éducation s’appuie sur les recherches personnelles. Quand je souhaite réaliser une nouvelle opération, il ne s’y oppose pas, mais, ne l’encourage pas. Je dois personnellement trouver la solution. La réussite me valorise et surtout encourage ma persévérance.

 

 

26

Seulement, si je mets ma vie en danger ou celle d’autrui, il attire mon attention et surveille les rectifications que j’apporte.

Je reconnais maintenant que cette méthode contribue à la notion du travail bien fait.

Encore une anecdote marquante de la scolarité primaire.

Un jour, après le repas de midi, mon oncle, se rend avec le tombereau tiré par deux puissants bœufs sur une parcelle de terrain située à l’opposé de la bourgade. Pour ce faire, il emprunte partiellement le même trajet que celui de l’école. Il me propose donc de me conduire avec le tombereau. Chemin faisant, une idée germine dans ma tête, faire l’école buissonnière. Comment organiser cette escapade et rejoindre mon oncle au champ ?

Dans notre monde rural, l’observation est un sens précieux.

A proximité de l’école, je repère un petit coin cachette occupé par un rosier, accessible en deux enjambées. Je mets donc mon projet à exécution, saute du tombereau et me glisse dans ma cachette.

Mon oncle ne s’en laisse pas compter, la recherche ne s’est pas éternisée.

Moi l’oiseau, suis pris dans mon piège et ramené dans l’enceinte de l’école.

Je ne me souviens pas, mais ce jour-là, la journée scolaire est certainement perturbée par cette soif de liberté.

 

 

27

Mon oncle comprenait la force de mon égarement. Dans sa tête il revit peut-être qu’à mon âge, ce désir était présent.

L’incident est clos, le reste de la famille n’est pas tenu informé, jugeant peut-être que c’était une affaire d’hommes, une banalité.

L’institutrice est informée pour avoir assisté à la scène. Elle redouble certainement sa vigilance. Peu de chances de s’évader, la cour est ceinturée  de hauts murs, en partie surmontés par une imposante grille, un lourd portail grinçant donne l’alarme. Sécurité totale assurée. Toutes les classes du village sont là, à l’exception de celle des filles.

Ce bâtiment imposant sert également de mairie, un préau au niveau des classes abrite nos récréations par mauvais temps. Il a également un rôle festif, reçoit les musiciens pour certaines manifestations comme le carnaval.

Parfois, le jour de marché à BAGNERES de BIGORRE, un citoyen du hameau s’entretien avec nous à travers la grille, BIZENSOU surnommé. Il nous raconte des histoires drôles donc celle-ci.

Je suis venu à l’école durant sept jours. J’ai manqué six jours. Le septième j’ai fait les lettres plus grandes que l’instituteur, il m’a mis à la porte.

Un rêve, mais peu de chances de réussir aujourd’hui.

Les années passent, ma scolarité continue.

Je rentre maintenant dans la « grande » école qui nous conduit au concours d’entrée en sixième des collèges, ou au certificat d’études primaires.

28

Notre instituteur, un homme de corpulence imposante a la charge des classes du cours élémentaire à celles de fin d’études.

L’instituteur est l’un des personnages qui incitent au respect parfait. Dans cette salle grandiose, règne un silence de cimetière.

Le mobilier est rudimentaire, des bureaux à deux places reliées par un banc.

Un encrier complète cet équipement. Ce mobilier en bois ciré est entretenu par nos soins en fin d’année scolaire, avec pour racloir un morceau de verre. Toutes les tâches d’encre doivent disparaître.

Un tableau noir réversible, permet à un élève de résoudre en cachette un problème de calcul ou une dictée. Idée intelligente qui facilite une correction commune.

Si à l’école primaire, garçons et filles cohabitent, cette école ne reçoit que des garçons. La seule partie commune, est la cour de récréation.

Cette dernière ne permet pas les jeux de ballon, seulement les jeux de billes ou d’osselets nous passionnent.

La concentration pour nos devoirs n’est pas facile, les  cours oraux, particuliers à chaque section sont un peu gênants mais acceptables. Ils sont même très profitables, cela nous permet de réviser les cours précédents.

J’ai de très bons souvenirs de cet homme, sa pédagogie est à l’image de sa tenue vestimentaire, sobre mais soignée, mais avec également sa relation avec les élèves. Pourtant, certains

29

de mes camarades l’exaspèrent, il connait les problèmes familiaux que certains endurent, et, adapte le comportement à chacun des cas.

Son profond désir, nous conduire à la réussite. Il n’hésite pas à donner des cours supplémentaires gratuits en préparation des concours, pourtant, matin et soir, il parcourt à bicyclette  les cinq kilomètres qui le séparent de sa résidence.

La majorité d’entre nous n’a pas les moyens financiers de payer notre demi-pension. Il nous prépare donc à subir les épreuves du concours des bourses nationales. Très nombreux de mes camarades cessent leurs études après le certificat d’études.

Avec mon camarade Jacques, nous sommes candidats à ce concours. C’est pour nous un devoir de le réussir.

Les épreuves se déroulent à TARBES, préfecture de notre département. Nous sommes devant l’imposante bâtisse d’un collège, dans cette grande ville que je foule pour la première fois. Nous sommes noyés dans ce groupe innombrable venu de tout le département. L’angoisse grandit, mais le désir de réussite décuple.

Je souffre d’un grave problème de timidité qui met à mal mes modestes capacités, la peur de ne pas réussir, donc de décevoir ceux qui me font confiance.

Les résultats tardent à venir, ce qui nous angoisse davantage.

Enfin la délivrance positive nous avons partiellement décroché notre « trophée ».

Bayard.

http://33-laubesc.over.blog.com

 

 

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2021 2 05 /10 /octobre /2021 18:22

Cette longue et passionnante « pièce de théâtre » déroule ses actes avec une minutieuse précision.

Je suis dans ma quatrième année, je ne connais pas encore un seul mot de français, je ne fréquente pas l’école, obligatoire seulement à compter de la sixième année. Cette scolarité programmée jusqu’en 1954 pour un circuit court, sanctionnée par ce fameux CEP.

Mais, pour l’heure, dans ce monde rural enfantin, dans cet acte qui s’annonce, le plus beau décor de la scène m’est donné par la nature et ses hôtes.

Enfants de tous pays, de toutes nations, de tous milieux sociaux, nous ne savons pas apprécier cette faveur que nous offre cet environnement.

Pour moi, c’est un bien-être sans pareil, certains parlent de bonheur.

Je cite ici ce passage de Monsieur de LA FONTAINE dans la poésie Le loup et le Chien :

Vous ne courrez pas où vous voulez ? Interroge le loup.

Pas toujours, mais qu’importe ?  Répond le chien.

Il importe si bien que de tous vos repas, je ne veux en aucune sorte. Rétorque le loup.

Les jours et les saisons défilent à cadence accélérée.

Mes deux premières années, je ne profite pas pleinement de la rude saison hivernale. Je suis confiné dans cette grande pièce, près de la cheminée, ne peut pas m’imprégner de la beauté de cette nature de blanc vêtue.

 

13

Dans cette cheminée, se consume une grosse bûche qui cuit le traditionnel potage quotidien.

Pour l’heure, mon repas se limite au lait maternel ou à celui de nos vaches.

Si pour moi, cette saison me paraît interminable, pour autant, elle ne réveille pas mon anxiété. Ce n’est pas le cas pour mes parents, gestionnaires du stock de fourrage, engrangé l’été précédent. Malgré l’esprit de prévoyance qui les anime, consistant à majorer d’un quart la quantité nécessaire, ils savent fort bien les stocks s’amenuisent sans espoir de les renouveler.

Tous ces éléments sont dans mon manuel d’éducation. Ils sont d’une telle logique qu’ils sont devenus infaillibles.

Pour ces humbles parents, prévoyance et économie sont les valeurs qui procurent l’indépendance.

Peut-on réellement vivre dans une totale indépendance ?

Parce qu’il ne répond pas à la logique, l’isolement me semble impossible pour une vie équilibrée. Parfois, la nature nous fournit des exemples.

Un arbre isolé en plein champ souvent de forte taille voit sa vie écourtée, il supporte seul les tempêtes, sans coupe-vent, ses racines sont mises à dure épreuve, la sécheresse fragilise sa constitution, des branches mal alimentées meurent, se dessèchent et finissent par tomber. L’absence d’assistance par d’autres arbres se fait cruellement ressentir et finit par mourir.

 

14

Que serait la nature sans forêt, un désert inhospitalier, que serait l’humanité si toutes les femmes et les hommes vivaient isolés ? Procréation impossible donc extinction de la race humaine.

Cahin-Caha, j’avance modestement et prudemment dans cette inévitable formation, un enrichissement physique et intellectuel qui m’aident dans l’accomplissement de ma mission.

Dans ce monde que je crois noyé dans la monotonie, ces longues soirées d’hiver sont partagées avec les voisins qui nous rendent visite.

Les hommes jouent à la belote, les femmes aux jeux de société, mais très souvent tricotent vêtements et chaussettes.

Quant à moi, ne pouvant dormir dans ce vacarme, je vais sur les genoux des femmes et finit par trouver le sommeil.

Une forte odeur de lampes à pétrole ou d’acétylène circule dans la pièce.

Le tabac est une denrée difficile à trouver en cette période de conflit, les hommes ne peuvent plus rouler fréquemment les cigarettes, ce qui est bienfaisant pour la santé de tous.

Ces soirées ne sont pas que festives, l’esprit d’entraide perdure depuis la nuit des temps.

En période automnale, la récolte du maïs est strictement manuelle, se pratique en fonction des conditions climatiques, le mois d’octobre est généralement retenu.

 

 

15

C’est aussi la période de maturité des châtaignes, si c’est le hasard, il joue bien son rôle.

Dans cette grande pièce, dégagée de la table, les épis sont jetés par la fenêtre.

Les chaises disposées en arc de cercle ceinturent cet amoncellement. Les voisins prennent place pour prêter main forte à ce dépouillement.

Pour nous les enfants, c’est une nouvelle phase d’apprentissage, notre rendement est insignifiant. Pour nous, c’est surtout l’occasion de se distraire en se roulant dans cet amoncellement de feuilles et de « moustaches ». L’extrémité des épis se termine par des pilosités colorées de blond et de brun. Le déguisement consiste à déposer cette touffe entre le nez et la bouche, de le maintenir par un plissement de la lèvre supérieure. Vieillir avant l’âge, pourquoi ce désir ?

Mais, pour l’heure, moi l’enfant de la maison, j’ai la responsabilité de la cuisson des châtaignes récoltées sous des arbres parfois centenaires. Cette cueillette met à rude épreuve nos petites mains fragiles. Pour assouvir les petits tiraillements de la faim, ces fruits s’invitent au repas frugal du soir.

Le grilloir est pendu à la »crémaillère », solidement fixée au mur de l’âtre de la grande cheminée. Ah, si cette

 

 

 

 

16

dernière pouvait nous conter le nombre de mets odorants qu’elle a mijotés !

Dans ce grilloir, deux à quatre kilogrammes de fruits sont prêts pour une séance de bronzage. Carbonisée, la châtaigne est difficilement consommable.

Mes deux petites mains, placées sur la poignée de manœuvre, ont des difficultés à mouvoir le grilloir.

J’ai bien retenu mes leçons : toute besogne mérite notre attention et notre savoir-faire pour obtenir la perfection.

Une rotation trop lente provoque une surchauffe et les fruits explosent bruyamment. La perte du produit est proscrite par raison d’économies.

Ces petites explosions sont inévitables, proviennent de fruits gorgés d’eau.

Les « abeilles » dépouilleuses, dans un bourdonnement à peine perceptible, étouffé par le bruissement des feuilles arrachées aux épis, continuent leur ouvrage. Cela n’empêche pas les échanges de recettes ou de points de tricots.

Dans ce monde de travailleurs acharnés, les hommes ont peu de temps libre pour vaquer à de possibles distractions.                                    

La pêche et la chasse sont rarement évoquées.

Ils parlent de leurs animaux, de leurs récoltes et surtout de la rotation des cultures. Dans ce domaine, mon oncle excelle.

Il a cette générosité qui grandit l’être humain.

 

 

 

17

Souvent il me dit : à quoi bon refuser un service qui peut sauver une situation alors qu’il n’améliorera pas la mienne ?

Pour l’heure, le dépouillement est terminé, les châtaignes sont cuites et déposées dans un grand panier d’osier, recouvertes d’une couverture conservatrice de la chaleur.

Quant à moi, sagement assis dans un coin, j’attends avec impatience que la dégustation commence, mais surtout ma récompense.

Ce ne sera point un sou percé, ni une image, mais, simplement un compliment la qualité de la cuisson.

Qui peut donc imaginer les bienfaits de cette soirée ?

Les épis dépouillés sont stockés dans le grenier avec les autres céréales

Ils sont les garants d’une bonne alimentation pour les animaux de la ferme, mais également pour nous les humains. Pour une meilleure conservation nutritive, ils seront égrenés à la demande.

Qu’il s’agisse d’animaux ou d’humains, notre alimentation est logiquement régulée par les saisons et principalement par les températures. Cela, nos parents le savait déjà à cette époque, pas besoin de documentaires.

La quantité de calories nécessaires est gérée par notre corps et non par toutes ces affirmations contradictoires.

C’est ainsi qu’en période hivernale par grands froids, le maïs est pour l’être humain une denrée principale.

 

 

18

Les Pyrénées, est une région à températures négatives fréquentes, les corps gras et les légumes secs sont souvent au rendez-vous sur nos tables.

La mouture du maïs fournit la farine, qui, avec le lait complet, un peu d’eau et de sel entre dans la composition du « pastet* ». Cette pâte blanche, cuite dans un chaudron en cuivre minutieusement entretenu, pendu comme le grilloir dans l’âtre de la cheminée. La pâte est versée à la louche dans les assiettes creuses pour une consommation immédiate ou différée, nature ou accompagnée de lait

fraîchement recueilli du pis des vaches. Il se consomme également froid, le lendemain au petit déjeuner.

Ma préférence va pour une consommation après réchauffement dans une poêle, saupoudré de sucre. Maman prépare ce plat avec amour et délicatesse, son aspect doré émerveille mes yeux.

Ainsi va le temps qui passe, les souvenirs s’entassent, l’apprentissage prend place.

Comme la moissonneuse dans le champ, dans ma tête je récolte mes souvenirs.

Mon corps et mon esprit, rapidement progressent, mon ressenti prend une nouvelle dimension.

C’est ainsi pour cette humiliation faite à ma maman. Elle m’apparait maintenant comme une terrible injustice, amplification faite par la venue de ma petite cousine.

L’Injustice, un état qui obsède mon univers intérieur, flagelle mon cœur trop sensible.

19

Cette petite cousine, comme maman, féminines, donc faibles et fragiles ont besoin de protection.

Depuis la nuit des temps, l’homme par sa force physique doit être leur protecteur, alors qu’il est considéré comme un dominateur intransigeant.

Cette aptitude protectrice, est-elle une transmission génétique ou une culture instillée par mon vécu ?

Cette adorable petite cousine, nous apporte une nouvelle conception de la vie en communauté. Cette force invisible qui éloigne ou rapproche les êtres humains se fait puissamment ressentir.

Maman, ce mal aimé reçoit de plein fouet, les attentions de cette petite créature. En un premier temps, des regards persistants, puis des sourires et des gazouillis, décrispent les traits du visage de maman.

Une amorce de cette « revanche » qu’elle souhaitait. Plus tard, pour ma plus grande joie, cette transmission d’attentions se confirma.

Elles partagèrent cette affection avec ferveur, ce qui interpela ceux qui répudiait ma maman.

Quant à moi, le rapprochement devient fusionnel, tant je me devais d’être cet élément protecteur, caché dans nos univers personnels.

Je veille sur elle et partage cette insouciance enfantine.

Bayard. 

http://33-laubesc.over-blog.com 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2021 1 04 /10 /octobre /2021 18:39

1

 L’ENFANT et ses SOUVENIRS.

 

PREFACE 

Je suis convaincu, qu’à notre naissance et à notre insu, nous sommes investis d’une mission.

Une équation aux multiples inconnus qu’il faut résoudre seulement par la logique.

Le temps imparti pour ce faire est aussi une autre inconnue.

Immanquablement, il correspond à la durée de notre vie.

C’est cette ignorance qui nous permet de mener cette mission à son terme avec le meilleur résultat.

Tout ce qui est inconnu nous intrigue, nous obsède.

Je pense que pour une majorité d’entre nous, le résultat sera satisfaisant.

Je crois également, que pour l’être humain raisonnable, le parfait n’existe pas.

 

*certains de mes mots employés sont tirés du vocabulaire « patois bigourdan »

 

 

 

AVERTISSEMENT.

 

Les faits se déroulent réellement dans ce petit village Bigourdan des Hautes Pyrénées.

Son nom est associé à une plante potagère fréquemment savourée.

Si l’identité des personnages est volontairement oubliée, c’est par respect pour les êtres disparus et leur descendance.

Le désir de narrer ces faits, est pour moi l’occasion de prouver mon profond attachement à ma terre natale, racines nourricières des souvenirs de mon enfance.

Je veux simplement démontrer  que notre civilisation se créé par une succession répétitive de conditions sensiblement identiques.

Nul besoin de s’alarmer ou de se plaindre, « notre mission » prévaudra sur toutes nos jérémiades.

Pour mieux comprendre et admettre certains comportements humiliants, un extrait d’état civil est indispensable.

   -mon grand-père maternel         28/05/1866-19/02/1927

   -ma grand-mère maternelle       08/03/1881-10/10/1946

   -mon oncle Gabriel                     /   /  /1901-04/06/1934

   -mon oncle J.L                         28/03/1903-15/04/1977

   -ma tante Antoinette                 21/08/1905- 05/12/1997

   -ma maman Anastasie              17/09/1910- 29/06/1970

   -ma tante Gabrielle                  01/01/1920- 21/11/2003      

 

 

 

 

 

 

 ENFANCE d’ETH  BASTARD*

 

 

.

                                           1

En ce mois de janvier1940, conformément à la législation, je deviens, avec la particularité, un citoyen français né de père inconnu. Cela me vaut la distinction « eth bastard » »*

Quand je suis bébé ou jeune enfant, cela demeure sans incidence, ce n’était pas le cas pour ma maman et le reste de la famille.

Il me faudra supporter cet état ma vie durant et peut-être au-delà.

Plus tard, j’ai connu mon origine paternelle, mais son absence n’a pas altéré mon cheminement.

Aujourd’hui, je mesure les conséquences de son comportement, refuser d’honorer ses obligations logiques et repousser une des valeurs essentielles qui bâtissent l’humanité n’est pas honorable.

En janvier 1940, sans le savoir, je viens de remplacer un de ces patriotes qui meurt au champ d’honneur.

En ce temps-là, je ne soupçonnais pas que je sois un fervent patriote, français avant d’être européen.

Dans cette modeste commune, face au Pic du Midi de Bigorre, la majorité des familles sont humbles  pour ne pas dire misérables.

Les hommes valides sont sur les champs de bataille, laissant les femmes seules exploiter les terres.

C’est ainsi, que dans notre modeste demeure, je vis dans un milieu totalement féminin, ma grand-mère, ma mère et

 

 

2

ma tante. Mon oncle, le seul homme encore vivant, est domestique agricole depuis son jeune âge, loin de cette ferme familiale.

Je sais que depuis longtemps, ma maman supporte les pires humiliations, une fille-mère est un déshonneur.

Cela n’est pas facile en ce jour de janvier, la température est basse et rien n’est prévu pour mon arrivée.

Pas de clinique pour accoucher, l’opération se déroule à domicile avec tous les problèmes que cela entraine. Toute complication peut entrainer le décès de la maman ou du bébé, ou les deux.

La grand-mère qui gère de main de maître ce monde féminin, n’est pas souple avec l’éducation des valeurs essentielles.

C’est bien plus tard que des révélations me sont faites, parfois dans des circonstances embarrassantes.

Comme pour tous les bébés, la nudité est notre premier habit. Il ne dure que quelques heures au plus ;

Pour ce qui me concerne, ce n’est pas le cas, les vêtements se font attendre. Pourtant ma grand-mère a élevé cinq enfants.

Cela est inconcevable, mais courant.

Quant au berceau, il ne sera pas là pour l’instant. Il n’est pas indispensable.

A l’âge de quatre ans, je partage encore l’unique lit de quatre-vingt  centimètres qui nous est attribué dessous un escalier, pièce, au sol en terre battue.

3

Pour cette grand-mère je peux éprouver de la rancœur, mais il n’en est rien.

Aujourd’hui, pour tous ces faits, je remercie ma grand-mère, ma maman et tant d’autres, pour cette rudesse qui forge et imprègne des valeurs essentielles.

Je me dois, aujourd’hui de révéler certains souvenirs d’enfance, parce que dans mon esprit, ils sont et restent d’actualité.

L’école de la vie commence très tôt dans ces humbles milieux.

Dans une ferme, la vie se partage avec les humains, mais également avec les animaux.

Ces derniers tiennent une place prépondérante, c’est pour cela que nous leur apportons des soins attentifs de tous les instants.

A ce jour, la nouvelle génération a des difficultés à accepter nos récits, ils pensent à une fabulation.

Soit, cependant, je me dois de rapporter ici quelques anecdotes.

Dans ma quatrième année, ma grand-mère me demande de couper des orties pour nourrir les canards.

Je refuse d’obtempérer, sachant par expérience, ces orties, plus grande que moi, provoque des piqûres désagréables et douloureuses.

La sanction ne se fait pas attendre.

 

 

4

Alors que je suis en culotte courte, ma grand-mère se saisit d’une poignée de ces redoutables orties et corrige mon impertinence par une volée sur mes jambes dénudées.

A ce jour, un tel acte est porté devant les tribunaux. L’enfant est devenu roi.

Mes yeux baignés de larmes, je prends mon courage à deux mains et récolte la nourriture des canards.

Des canards dont je ne mangerai pas un seul morceau.

L’anecdote des canards image bien les relations indissociables qui existent entre la nature, l’animal et l’humain.

Toutes ces humiliations confirment, qu’avec ma chère maman, nous sommes la tache indélébile déshonorante. Pourtant, maman, sa santé fragile, est le pilier de notre famille. Ses talents de cuisinière, de femme d’intérieur et son obstination pour les travaux agricoles, elle est pour moi la maman modèle.

L’indulgence est-elle un signe de faiblesse ou bien une qualité de cœur ?

Le cours de notre vie, n’est-il pas une nue pièce de théâtre aux multiples actes ?

Pour ce qui me concerne, elle se joue dans cette modeste ferme, partagée par les humains et les animaux domestiques.

Nous sommes dans la décennie mille neuf cent quarante, mille neuf cent cinquante. Cette ferme est dépourvue d’eau courante, de puits, l’électricité n’est encore qu’un rêve. Il

 

5

faut, avec une cruche ou des seaux, parcourir à pied quatre cents mètres pour puiser l’eau potable dans le puits du voisin. Pas besoin de recommandations pour économiser cette denrée indispensable, les efforts suffisent pour me faire comprendre cette valeur essentielle.

L’eau de pluie est récupérée pour notre toilette et pour abreuver les animaux. Des récipients désaffectés sont pour cela utilisés.

C’est avec ce procédé, qu’à l’âge de trois ou quatre ans, j’ai failli perdre la vie par noyade. L’un de ces récipients, une grande « oule ventrue » est remplie par la dernière pluie. La curiosité infantile, me pousse à savoir pourquoi mon visage se trouve dans ce récipient devenu un miroir. Ce qui arrive est prévisible, mon corps penché bascule, la tête en avant et mon corps frêle reste coincé dans ce piège. La noyade est évitée par la venue de maman.

Que faut-il retenir de cet acte ? La curiosité est-elle un vilain défaut ou simplement une bribe de ce long apprentissage ?

Je viens d’entrer une importante notion dans mon bloc note cérébral, l’évaluation. Primordiale dans bon nombre de décisions. Pour l’heure, celle du danger qui nous guette dans ce monde rural. Apprendre à ses dépens n’est-ce pas la meilleure des leçons ?

 

 

 

 

6

Après cet incident, matériellement, rien n’a changé « l’oule » continue sa collecte d’eau de pluie dans les mêmes conditions.

Cette « corvée » » d’eau quotidienne est multipliée par le développement familial. La famille en un premier temps se limite à ma grand-mère, ma maman, ma tante et moi. La partie habitable de la ferme se limite à une grande pièce divisée par une cloison à mi-hauteur. Une première pièce, la plus grande, avec son immense cheminée, sert à la fois de cuisine, de salle à manger et séjour et également de chambre à coucher avec un lit près de la cheminée ouverte sur le reste de la pièce.

Absence totale d’intimité, mais promiscuité assurée.

En face de la porte d’entrée, donnant accès à un dégagement, un escalier permettant d’accéder au grenier et au fenil, lieux de stockage.

Si la grande pièce a un plancher pour sol, le minuscule dessous d’escalier est en terre battue. Ce lieu sert de chambre à coucher que je partage avec ma maman dans un seul lit étriqué. Aujourd’hui, malheureusement, l’actualité met encore en évidence des situations dramatiques identiques.

Dans ces années d’après-guerre, le gaspillage de nourriture ou de vêtements n’existe pas. L’esprit d’entre aide est encore présent.

Aujourd’hui, je souffre et suis malheureux parce que la déshumanisation nous abaisse à la bestialité.

7

Comme dans toute pièce de théâtre, la troupe évolue en nombre. Certains éléments de ma famille sont des inconnus pour moi. Les circonstances entrainent le retour de l’enfant prodigue. Cet oncle, qui dans son plus jeune âge est placé domestique dans un village très éloigné de la maison familiale. Le seul moyen pour se déplacer est la marche à pied, dans cette condition il fallait une journée pour venir et une autre pour repartir. Or, une ferme vit tous les jours de l’année,

donc absence impossible.

Je ne le sais pas encore, mais c’est un homme exceptionnel, véritable encyclopédie du monde rural, qui aime partager son savoir, souvent avec amour et désintéressement. Son savoir ne se limite pas à cela, il a beaucoup lu et donc

beaucoup retenu. Titulaire du Certificat d’Etudes Primaires(CEP) à l’âge de neuf ans, l’histoire de France et la géographie sont parmi ses richesses intellectuelles.

A son retour au village, il reçoit un accueil exceptionnel, sa réintégration est immédiate.

Pour moi, le moment de surprise passé, je fais de lui mon maître à penser.

Son retour est indispensable, le monde féminin de la famille est à bout de souffle, la rudesse des travaux champêtres a mis à mal la santé de grand-mère et de maman.

 

 

 

8

La guerre créé un flux de migrants du nord et de l’est de la France, fuyant l’ennemi envahisseur. Je crois que notre région est une bonne terre d’accueil.

Des frères et sœurs déferlent dans nos petits villages, c’est ainsi que ma tante rencontre son époux.

Le mariage a lieu sans tarder et la naissance de mon adorable cousine s’en suit. Trois années seulement nous séparent.

Cette situation entraine un terrible bouleversement, une nouvelle pièce pour ce nouveau monde est indispensable.

Nouvelle humiliation pour ma maman qui n’a pas droit à un brin d’honneur.

A cet instant, elle tente de convaincre mon géniteur de créer une famille, sans succès. Je ne meure pas sa douleur, mais c’est certainement terrible.

Nous sommes en 1943, cette maudite guerre se déroule encore  hors de notre région. Cependant, les restrictions commencent à se faire sentir et aggravent nos conditions de vie déjà précaires. Par son âge, mon oncle n’est pas enrôlé, temporairement comme tous ses conscrits. Ils sont d’un précieux secours, car, ils ont fait leur service militaire obligatoire, ils ont donc à l’esprit les rudiments des tactiques militaires. Encore faut-il les écouter, les entendre et leur faire confiance.

Le dimanche 11 juin 1944, alors que j’ai à peine quatre ans et six mois, la barbarie allemande s’en prend à la population de notre village.

 

9

Représailles, dues au barrage édifié en travers de la nationale 135, en amont de la bourgade.

Mon oncle et son ami sont opposés à cette édification d’arbres abattus, totalement inefficaces face à l’équipement de l’ennemi.

Le bilan est lourd, 13 personnes y trouvent la mort, fusillées par les troupes allemandes.

Cette nationale 135, à la traversée du village, porte à présent le nom d’Avenue du 11 juin 1944.

Cette période occupe une grande place dans ma mémoire d’enfant.

Des faits, dont je ne peux encore évaluer l’importance sont cruellement imprimés dans ma frêle boîte à souvenirs. Ce dimanche 11 juin, des fidèles sont réunis dans l’église du village pour célébrer la messe dominicale. Elle n’est pas implantée sur le trajet de cette horde de sauvages, galvanisée par l’alcool ingurgité le long du parcours.

Cette implantation a contribué à la protection d’un grand nombre de mes concitoyens résidents.

Inconscients de la réalité des évènements qui se déroulent au centre du bourg, de nombreux habitants se réfugient dans un petit hameau juché au sommet de la colline.

Mon oncle, un grand sac sur son épaule, rempli de pain, me tient par la main, m’entraine vers ce hameau.

Mes petites jambes dénudées sont habituées au tout terrain et ne craignent plus les piqûres  de ronces. A travers

 

10

bois, dont nous connaissons tous les sentiers, à l’abri des yeux ennemis, nous gravissons allègrement la colline. La première maison de ce hameau est la cible privilégiée de l’assaillant, les armes automatiques l’arrosent intensément. Nous avons un espace découvert à franchir, pour ce faire, mon oncle m’indique comment se déplacer en rampant.

Pas question de prêter attention aux écorchures laissées par le chemin caillouteux, légèrement encaissé. Unique protection efficace à respecter. Les sifflements des projectiles et mottes de terre qui tombent sur nos corps, sont notre baptême du feu.

Je ne suis pas au bout de mes découvertes. En arrivant à cette première ferme, toujours bien protégés des regards et des projectiles ennemis, nous découvrons l’horrible massacre des lapins dans leur clapier.

Mon oncle, cet homme exceptionnel, sans mot dire, jette sur moi un regard inquisiteur. Ses yeux croisent les miens, cela lui suffit pour analyser mon jugement et mon ressenti sur ce spectacle de désolation.

Suis-je en mesure à mon âge, de me forger une conviction, la violence, qu’elle qu’en soit son origine n’est pas un moyen de résolution des problèmes.

Cette épreuve me confirme qu’un père n’est pas indispensable dans un couple, mais qu’un homme débordant d’humanité, comme mon oncle est nécessaire.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2021 7 03 /10 /octobre /2021 19:42

AUTOMNE, oh belle saison.

Les forêts se vêtissent de belles couleurs

Pour nous inonder de brillantes lueurs.

La fraîcheur matinale blanchit de gelées nos pelouses,

Il est temps de protéger nos fleurs d’une douillette  blouse.

Les feuilles violemment  secouées par le vent,

Perdent rapidement leurs magnifiques parements.

Ces arbres, de leurs feuilles dépouillés,

Pourront-ils aux frimas résister ?

Les forêts nous accordent aussi leurs arômes,

De ces petites rondeurs en forme de dômes.

Cachés sous ce tapis, dégagent de douces odeurs,

Pour les plats aux bonnes saveurs.

Maintenant tombent les feuilles,

Précieux lit que l’homme recueille.

Ainsi finit tout ce qui est beau,

Sans gémissement ou sanglots.

L’histoire se répète,

Souvent par une guerre ou une tempête.

Au revoir belle nature,

Que ton cycle, encore et encore perdure.

France, joyau aux magnifiques paysages,

Jamais je ne me lasserai de tes belles images.

                                       BAYARD.

http://33-laubesc.over-blog.com

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2021 7 03 /10 /octobre /2021 19:01

Sans étoiles, mais mon <<Chef>> préféré qui met en émoi mes pupilles et mes papilles.

Bon Appétit

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : 33-laubesc
  • : Réflexions sur les sujets d'actualité. Recherche de l'éveil d'une société déboussolée. Clins d'oeil à la nature et à l'environnement sur les sujets quotidiens
  • Contact

Recherche

Liens